Le silence tunisien continue

Publié le par TNA

Journaliste tunisien condamné: le silence tunsien continue (TNA) – TUNIS — Le régime tunsien continue de punir sévérement les journalistes inpédendants. La condamnation du journaliste Fahem Boukadous à quatre ans de prison a été cirtiqué par Paris et Washington, deux solides alliés du général Ben Ali. "Les Etats-Unis sont profondément inquiets d’un déclin des libertés politiques, notamment les sévères restrictions de la liberté d’expression en Tunisie", a déclaré Mark Toner, un porte-parole du Département d’Etat. Le Quai d’Orsay a rappelé que la France est attachée «à la liberté d’expression en Tunisie». «Nous nous attachons à recueillir des informations sur la situation de Fahem Boukadous, que nous suivons avec la plus grande attention», a déclaré aussi le porte-parole du Quai d’Orsay, Bernard Valero. Fahem Boukadous, qui a été condamné pour sa couverture de l’intifada du bassin minier de Gafsa, est actuellement hospitalisé à l’hôpital Farhat Hached de Sousse. Des agents de la police politique continuent leurs pressions sur les médecins traitants pour que ces derniers leur livrent le nouvel otage du dictateur de Carthage.

Publié dans ESPACE INFO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article