Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE VOYOU DE CARTHAGE FRAPPE DE NOUVEAU

Publié le par l’ACAT-France, l’OMCT, la FIDH et Reporters sans frontières

27.10.2006  TUNISIE

Quand les forces de l’ordre terrorisent l’épouse d’un célèbre défenseur des droits de l’homme

Communiqué commun de l’ACAT-France, l’OMCT, la FIDH et Reporters sans frontières.

Hier soir, jeudi 26 octobre, vers 22 heures, Samia Abbou, épouse de Me Abbou, a été victime d’une démonstration de force de la part des forces de l’ordre tunisienne, visant à la terroriser.

Les faits Samia Abbou et ses enfants (âgés de 10 à 13 ans), accompagnée de la célèbre avocate Radia Nasraoui, rentre chez elle après avoir rendu visite à la famille d’un prisonnier politique dont le fils a été sauvagement agressé mardi 24 octobre. Elle est alors interpellée par des policiers en faction devant son domicile. Opposés à ce que maître Nasraoui entre au domicile de la famille Abbou, une discussion qualifiée de « cordiale » s’engage, avant que deux motards vêtus de noir, vraisemblablement membres d’une unité spéciale (les fameux « Tigres noirs »), ostensiblement armés, se précipitent dans sa direction, extrêmement menaçants.

« Ils étaient armés, terrifiants, nous regardaient moi et mes enfants dans les yeux….j’ai perdu tous mes moyens, j’ai crié très fort… : mais vous êtes fous, que faites vous devant mes enfants ? ». Terrorisée, elle n’a pas osé rentrer chez elle et s’est réfugiée chez des amis militants. Ses enfants ne sont pas allés à l’école aujourd’hui. « J’ai l’impression d’être dans une période de guerre, que mon domicile est occupé, assiégé, je ne peux pas rentrer chez moi ».

Le contexte Le domicile de Samia Abbou est encerclé par un important dispositif policier depuis le mardi 24 octobre. Ce jour-là, à l’occasion de l’Aïd, elle a invité des femmes de prisonniers à lui rendre visite et à observer avec elle une journée de grève de la faim pour protester contre le sort réservé à leurs maris. Des personnes venues se joindre à cette protestation ont été appréhendées et embarquées brutalement par la police à leur sortie en début de soirée. Certaines ont été hospitalisées à la suite de l’interrogatoire auquel elles ont été soumises.

Depuis, la rue à été interdite à la circulation, et seuls les habitants du quartier présentant leur carte d’identité sont autorisés à accéder à leur domicile. Le bâtonnier de Tunis, des membres du conseil de l’ordre des avocats et les amis de Samia ont été empêchés de lui rendre visite.

Le cas Abbou Surnommé "l’avocat de la liberté", Mohammed Abbou est emprisonné depuis le 1e mars 2005 à la prison du Kef (à 170 km de Tunis). Condamné le 29 avril 2005 à trois ans et six mois de prison, à l’issue d’un simulacre de procès, sa peine a été confirmée en appel deux mois plus tard. L’avocat était jugé dans le cadre de deux affaires. Il a été condamné notamment pour la publication sur Internet d’un article dans lequel il comparait les tortures infligées en Tunisie à des prisonniers politiques aux exactions de soldats américains à Abou Ghraib.

Depuis, sa femme, Samia Abbou, se bat inlassablement pour protester contre les conditions de détention terribles de son mari, qui se sont dégradées notamment depuis que son épouse et ses quatre avocats ont organisé, le 2 mars 2006, une manifestation devant sa prison. Samia Abbou et ses enfants sont également victimes de harcèlements constants.

Nos associations demandent fermement aux autorités tunisiennes : ß que cessent les harcèlements sur la personne de Samia Abbou et de sa famille, ß de libérer Maître Abbou dans les plus brefs délais.

 Bureau Internet et libertés / Internet Freedom desk
___________________________________________
Reporters sans frontières / Reporters Without Borders
TEL: ++ 33 (0) 1 44 83 84 71
FAX: ++ 33 (0) 1 45 23 11 51
internet@rsf.org
www.internet.rsf.org
www.leblogmedias.com (en français)
Read our handbook for bloggers and cyber-dissidents :
http://www.rsf.org

Publié dans ESPACE INFO

Commenter cet article