Tunisie: une opposante condamnée à huit mois de prison

Publié le par AP

TUNIS - L'opposante tunisienne et militante des droits de l'Homme, Zakia Dhifaoui, a été condamnée vendredi à huit mois de prison ferme à la suite d'une manifestation de "soutien aux victimes du bassin minier" de Gafsa, une région du centre-ouest tunisien en proie à une agitation sociale depuis janvier dernier pour cause de chômage et de cherté de la vie, a-t-on appris samedi de source associative.

Membre du Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDLT), un parti de l'opposition légale, et de la section régionale de la Ligue tunisienne de défense des droits de l'Homme (LTDH) de Kairouan (centre), Mme Dhifaoui était accusée notamment de "troubles à l'ordre public, dégradation de biens d'autrui, de désobéissance civile, offense à fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions et atteinte aux bonnes moeurs".
Le tribunal de première instance de Gafsa a, en outre, condamné six autres co-inculpés, dont quatre enseignants, à six mois d'emprisonnement.
Mme Dhifaoui avait été arrêtée fin juillet dernier au domicile de Jomaâ Hajji, épouse du leader du mouvement de protestation du bassin minier, Adnane Hajji, en état d'arrestation. Ce mouvement a été déclenché à la suite des résultats contestés d'un concours de recrutement à la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), principal employeur de cette région où le taux de chômage dépasse la moyenne nationale de 14%, selon les syndicats.
Les manifestations ont conduit à des affrontements avec les forces de l'ordre, faisant un mort et de nombreux blessés. Il a fallu le déploiement de l'armée pour rétablir le calme.
Après avoir limogé le PDG de la CPG, le président Zine El Abidine Ben Ali a annoncé d'importantes mesures destinées à créer des emplois et à promouvoir les conditions de vie dans cette région riche en phosphates. AP

Publié dans ESPACE INFO

Commenter cet article