Eventuel coup d'Etat en Tunisie: Abdelwaheb Abdallah place ses femmes !

Publié le par Par Al Mouwaten Rakib

Rien ne peut enrayer la détermination et l’ambition sacrée de Abdelwaheb Abdallah le machiavélique Ministre des affaires étrangères tunisien ! « Stayech » comme le surnomme les agents du Ministère, caresse en effet son obsession maladive d’accéder au poste tant convoité de Président de la république et de succéder ainsi au Président – Dictateur Général Zine el Abidine Ben Ali. 
Comme nous l’avons signalé dans d’autres articles sur Tunisnews, Stayech ne rate aucune occasion pour faire un petit « saut » aux USA, rencontrer un tel sénateur, s’afficher avec un tel représentant américain, ou « arracher » un aparté avec un tel autre.
Mais la nouveauté dans l’ascension fulgurante de cet assoiffé du pouvoir, c’est que Stayech passe à la vitesse supérieur ! Il place ses femmes ces derniers temps à des postes « stratégiques » ?!? Pour ceux qui l’ignorent, Stayech a en effet deux femmes : une officielle, Alya Abdallah fraîchement nommé à la tête de la Banque de Tunisie et une maîtresse, Houda Ben Othman l’ex-femme du gardien de but emblématique du Club Africain des années 80 Slim Ben Othman.
Houda Ben Othman qui a travaillé pendant longtemps comme « potiche » à TV 7 est depuis deux ans environ en poste à Bruxelles. Officiellement, elle est numéro 2 (on ne s’est pas comment d’ailleurs et à travers quel parcours, elle a pu accéder à ce poste ?), mais officieusement elle est l’ambassadrice de Tunisie à Bruxelles !

Pourquoi la Banque de Tunisie (BT) et l’ambassade de Bruxelles ?

Personne ne peut ignorer la solidité et l’assise financière de la BT , victime récemment d’un coup d’Etat [1]! En plaçant sa femme à la tête de la BT , Stayech réalise plusieurs objectifs à la fois : Mettre la main sur des ressources importantes, s’assurer le « financement » d’un probable coup d’Etat, s’adjuger la confiance de la famille régnante et contrôler les revenus des quelques agents du Ministère de l’intérieur qui ont leurs comptes domiciliés à la BT[2] !
Pour ce qui est de Bruxelles chacun sait que c’est la capitale de l’Europe et que ce poste est stratégique pour les contacts et les relations avec la Commission européenne. Dans le cas d’un coup d’Etat, Houda Ben Othman, notre « diplomate chevronnée », entre en jeu et rassure la Commission européenne par rapport aux intentions et aux politiques qui seront menée par Stayech lorsqu’il accède au pouvoir suprême.

Voilà en quelques sortes, les grandes lignes du plan de Stayech. A noter qu’actuellement, il contrôle le secteur de l’information (tous les responsables nommés à la tête des différents organes du secteur sont ses proches et c’est lui-même qui les placent), il contrôle les affaires étrangères avec un contact quasi-permanent avec Washington DC, Paris et Bruxelles, récemment il contrôle désormais une grande institution financière et least but not last il côtoie les généraux de l’armée puisqu’il est leur voisin dans un quartier hautement sécurisé à la Marsa  ! En somme, Stayech réunit tous les facteurs et les ingrédients indispensables à un coup d’Etat ! Il lui reste quelques contacts privilégiés au sein de la police et des forces de la sûreté qui demeurent encore inféodés au Dictateur Ben Ali.
En ce moment même, Stayech affine sa stratégie, compte sur son expérience et sur ses réseaux pour choisir le moment opportun et la bonne manière de procéder au coup de sa vie. Il est comme un lion affamé qui guette sa proie, qui n’a pas droit à l’erreur et qui cherche le bon timing pour attaquer !

Mais où est Ben Ali dans tout ça ?

Certains disent qu’il est consentant !?! Autrement dit, il est au courant des agissements de Stayech mais qu’il les tolère en se rendant à l’évidence qu’il n’est pas éternel et que Stayech ferait un bon successeur dans le sens où il est le mieux placé pour sauvegarder et gérer les intérêts des familles au pouvoir. Par contre, ce que Ben Ali ne veux pas, c’est un Putsch imminent ou une quelconque prise de pouvoir par la force. Il veut rester en poste le plus longtemps possible et contrôler tout, même sa mort et sa succession !
Ben Ali conserve donc Stayech au pouvoir, le laisse faire, tout en gardant en bon flic qu’il est, un œil vigilant sur ses agissements.

Stayech pour sa part joue bien la partition : Il ne rate aucune occasion pour rassurer Ben Ali et lui confirmer sa fidélité, en même temps rien ne l’empêche de « cogiter » et de garder sa liberté de pensée qu’il a tant fait pour la priver des Tunisiens !          

 

 
[1] Voir Tunisnews du 17 mai 2008
[2]  Le siége de la BT et l’agence principal étant situé juste à côté du Ministère de l’intérieur, plusieurs agents et cadres de ce Ministère ont leurs salaires domiciliés à la BT.
 

Publié dans CHRONIQUE

Commenter cet article