Urgent : Lâche agression du défenseur tunisien des Droits Humains, M. Messaoud Romdhani

Publié le par C.R.L.D.H. Tunisie

Le CRLDHT est vivement préoccupé par la situation d’insécurité et les graves violations de droits que vit le militant tunisien des droits humains M. Messaoud Romdhani, président de la section kairouanaise de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme et porte-parole du Comité national de soutien à la population du bassin minier de Gafsa.
Ce matin du vendredi 23 mai, il a pris le car de la ville de Kairouan pour aller à Tunis, le car a été arrêté au milieu de la route par la gendarmerie de la circulation qui l’a informé qu’il est en état d’arrestation et qu’il doit attendre l’arrivée d’une voiture pour le récupérer. Un quart d’heure après, un policier est venu le voir pour lui annoncer qu’il est libre de ses mouvements et qu’il peut continuer sa route. En arrivant à Tunis à bord d’un louage, un groupe d’agents en civil s’est précipité vers lui pour lui ordonner de remonter le véhicule et de rentrer chez lui. Le refus de notre camarade d’obtempérer lui a valu une avalanche de coups de tout part, d’insultes et de grossièretés et lui ont informé que dorénavant, Tunis lui est interdite. 
En même temps, et depuis deux semaines, trois véhicules pleins d’agents en civil surveillent son domicile et quadrillent son quartier jour et nuit. Plusieurs d’entre eux grimpent les murs et se mettent sur le toit de sa maison pour surveiller la famille dans ses moindres faits et gestes.
Ces atteintes touchent sa sécurité, sa vie privée et sa liberté de circulation et deviennent de plus en plus violentes et terrorisantes. Elles s’expliquent par le rôle essentiel qu’il joue en tant qu’un des principaux acteurs  de la solidarité avec le  mouvement social tunisien et notamment le « Combat pour la dignité » de la population du bassin minier de Gafsa. 
Cette stratégie d’acharnement, d’intimidation et de harcèlement permanents   mise en oeuvre contre les défenseurs tunisiens des droits humains, dans un climat d’impunité totale,  illustre la nature dictatoriale et liberticide du pouvoir tunisien.
Le CRLDHT considère ces méthodes, qu’il dénonce avec vigueur, comme faisant partie de la panoplie des actions répressives qui se combinent avec celles, musclées et violentes, exercées notamment contre les journalistes, les avocats, les syndicalistes, les opposants et les défenseurs des droits humains en vue de  propager la peur et d’imposer le silence et la résignation à l’ensemble de la société tunisienne.
Il  attire l’attention des ONG nationales et internationales quant à cet acharnement alarmant que vivent les défenseurs des droits humains et leurs familles et qui ne cesse de s’accroitre en exigeant l’arrêt immédiat de ces violences.
Paris, le : 23/05/2008

C.R.L.D.H. Tunisie
Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie
Membre du Réseau Euro méditerranéen des Droits de l’Homme
21ter rue Voltaire – FR-75011 PARIS  - Tel/Fax : 00.33. (0)1.43.72.97.34
contact@crldht.org / www.crldht.org

Publié dans SOS COMMUNIQUE URGENT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article