IMED & MOEZ TRABELSI EN PRISON

Publié le par C.R.L.D.H. Tunisie

Les neveux du Président Ben Ali impliqués dans le vol de bateaux de luxe
 
Selon l’AFP et « Le journal du Dimanche » du 18 mai 2008, deux neveux par alliance du président Zine El Abidine Ben Ali ont été mis en examen vendredi 16 mai 2008 pour «complicité de vol en bande organisée ». Soupçonnés du vol de trois yachts en France, les frères Imed et Moez Trabelsi, neveux de Leila Trabelsi vont devoir répondre devant la justice française pour un présumé trafic de bateaux de luxe.
 
Une fois de plus, la belle famille du président  Zine El Abidine Ben Ali s’illustre de façon honteuse pour la Tunisie. Imed et Moez Trabelsi ont été mis en examen pour avoir commandité le vol d’un yacht durant la nuit du 5 mai 2006. Ce bateau de luxe, estimé à 1,5 million d’euros appartient au PDG de la banque d’affaire Lazard Frères à Bonifacio, en Corse du Sud. Son propriétaire est un proche de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, lorsqu’il était ministre de l’Intérieur.

Alertée, la compagnie d’assurance du bateau s’est lancée à la recherche de ce dernier. Le patron, Bruno Roger, l’a retrouvé quelques jours plus tard au port de Sidi-Bou-Saïd, en banlieue Nord de Tunis, repeint et enregistré sous le nom de Imed Trabelsi.
 
Interpellé, l’escroc a avoué, sous la pression, le vol de deux autres yachts en Côte d’Azur, au Sud de la France, en décembre 2005 et janvier 2006. Moez Trabelsi, son frère s’est chargé de piloter l’un des deux yachts.
 
Suite à l’intervention de Jacques Chirac, président français de l’époque, M. Roger a pu récupérer son bateau le 26 mai 2006.
Mais la justice française n’a pas abandonné l’affaire puisque deux ans plus tard, en mai 2007, deux mandats d’arrêt internationaux ont été délivrés par le juge d’instruction du tribunal d’Ajaccio, M. Jean Bastien Risson, non sans peine. Le 19 mai 2008, un mandat d’arrêt a été émis  par le doyen des juges d’instruction tunisien contre Imed Trabelsi, qui été écroué le même jour.
Cette arrestation survient suite à l’exécution d’une commission rogatoire internationale délivrée en janvier 2008 par le même  juge d'instruction du tribunal d'Ajaccio, Jean Bastien Risson, qui s’est rendu à Tunis avec le procureur de la République d'Ajaccio Thorel. Ils auraient assisté aux auditions des inculpés. Ce dernier a indiqué que « les frères Trabelsi devraient répondre prochainement à une convocation de la justice française ».
 
En réalité, ce n’est pas la première fois que les familles Ben Ali et Trabelsi se retrouvent dans des affaires douteuses. Le frère aîné du président, Moncef Ben Ali, avait été condamné par contumace à Paris en 1992 à 10 ans de prison pour son appartenance à la «Couscous connexion », un réseau de trafic de drogue. Il est décédé en 1996 sans avoir purgé sa peine. Quant à Imed Trabelsi, il a été accusé de recel pour avoir commandité le vol, en 2005, d’une BMW à un ancien joueur de l’Olympique de Marseille, avant d’être contraint de la restituer contre un abandon des poursuites.
Ces deux neveux du président Ben Ali semblent avoir un pouvoir sans limites et jouir d’une impunité totale. Connus par tous les hommes d’affaires tunisiens, ils sont la » bête noire » des investisseurs tunisiens : commerçants, restaurateurs, hôteliers….en raison de cette politique de spoliation exercée à l’encontre de ces hommes d’affaires,
 
Ces graves abus de pouvoir et ces fraudes généralisées qui se sont étendues jusqu’à  l’étranger, impliquent en réalité plusieurs membres de la famille présidentielle des Ben Ali et Trabelsi et sont en réalité connues de tous les Tunisiens.
 
Cependant, les relations franco-tunisiennes sont excellentes surtout depuis la récente visite de M. Sarkozy en Tunisie. Pour ne pas se froisser l’un l’autre, les deux pays se voient «contraints » de traiter ces affaires discrètement et « entre amis ». Suite au prochain épisode.
 
Le CRLDHT estime que ce pillage systématique des richesses et des biens explique en grande partie l’acharnement du régime à garder le pouvoir entre ses mains, mais aussi la persécution sans merci de toute une population depuis plus de vingt ans.
 
Paris, le 22 mai 2008.

Publié dans ESPACE INFO

Commenter cet article