INFO DU ROYAUME DE ZINE EL ABIDINE BEN ALI

Publié le par Slim Bagga

Les indiscrétions de Slim

Non au lycée
La création d'un lycée français privé à Sousse vient d'être annulée. Tunis n'en voit pas l'opportunité. En fait Leïla Ben Ali, qui dirige L'Ecole internationale de Carthage ne souhaite pas voir se créer à Sousse une Ecole Bouebdelli bis; d’autant qu’elle cherchait acquéreur; et l’absence de concurrence est un atout pour négocier le prix de cette école qui s’étend sur une superficie de 25.000 m2 et qui a bénéficié d’une prime d’investissement exceptionnelle de l’Etat tunisien de 1 794 600 dinars, représentant 25% du coût de réalisation de l’école.
Aux dernières nouvelles, c’est un groupe belge qui s’est porté acquéreur de cette école ; Est-ce que l’Etat tunisien va exiger une ristourne de son investissement ou va-t-il faire bénéficier les investisseurs étrangers de cette subvention exceptionnelle.

Effervescence
Lorsque M. Besson, conseiller du président Sarkozy, eut la semaine dernière un entretien avec le Premier ministre tunisien, Mohamed Ghannouchi, il fut entre autre question d'un déplacement dans la ville de Sousse où Carla Bruni souhaitait s'arrêter. Réponse du gouvernement tunisien: Non. Des raisons de sécurité le déconseillent. Par contre, la délégation présidentielle réembarquera de l'aéroport de Monastir après y avoir déjeuné !

Violences
Le Sahara tunisien est fermé aux touristes. Allemands et français n'y comprennent rien, eux qui avaient réservé leur circuit de longue date. La raison de ce "couvre-feu" est l'accrochage récent et la fusillade qui s’en est suivie entre un groupe islamiste provenant du maquis algérien et l'armée tunisienne. Celle-ci eut en fin de compte le dessus. Mais la zone reste cernée.

L'information toujours bafouée
A priori, le décès de la mère de Leïla Trabelsi est un fait qui relève de la vie privée. Mais vu la personnalité de la défunte, Hajja Nana, c'est Abdelaziz Ben Dhia qui fit convoquer le maire de Tunis, Abbès Mohsen, afin que les préparatifs des obsèques se fassent dans la plus grande discrétion au Jellaz. Ceux qui étaient en rapport avec le maire de Tunis disent qu'il avait le visage décomposé par peur d'échouer dans sa mission. "Hajja Nana" est décédée le vendredi 18, inhumée le samedi 19, et les condoléances sur la presse n'ont paru que le lundi 21 avril...

Alya Abdallah, la femme qui "monte"
Serait-elle devenue la manœuvrière incontournable dans le système bancaire tunisien? Rappelons-nous: suite à un faux audit présenté à la Société générale, actionnaire majoritaire de l'UIB (Union internationale de banques), Alya Abdallah, l’épouse de l'actuel ministre des Affaires étrangères, a été nommée présidente du Conseil d'Administration contre l'avis des Français. Le président de la Société Générale, M. Botton, a sollicité une entrevue avec Ben Ali, et n'obtint de réponse favorable que lorsqu’Alain Juppé, dut se déplacer à Tunis en tant que Premier ministre. Madame Abdallah fut quand même maintenue au poste avec un salaire de 12 000DT…
Voilà que maintenant, l'histoire se répète. Le PDG de la Banque de Tunisie (une banque privée), Faouzi Belkahia a choisi de se retirer pour des raisons de santé. Il proposa au conseil d'administration un successeur, un homme compétent et ayant 30 années d'expérience dans la gestion bancaire. Le Conseil approuva cette proposition. Et, coup de théâtre, c'est par voie de presse que l'on apprit la nomination d’Alya Abdallah en tant que PDG de la Banque de Tunisie.
Le personnel se trouve choqué, le CIC (Crédit industriel et commercial de France, actionnaire de cette banque) n'y comprend rien. Comment un président de la République se permet-il par de nommer décret les PDG d’une banque privée?

Mise en examen
Le patron de l'usine pharmaceutique Edwia, Tahar Materi, vient d'être mis en examen par un juge français suite à la plainte déposée par son épouse. Tahar Materi est l'oncle du gendre privilégié de Ben Ali. Un lourd contentieux l'opposait à son épouse, et la justice tunisienne n'avait jamais donné suite à sa requête. Elle dut alors l'attaquer en France, puisque Tahar Materi jouit de la nationalité française, et sa requête fut recevable. Le juge Ramael vient de mettre en examen Tahar Materi...

Publié dans ESPACE INFO

Commenter cet article

carambaole 19/05/2008 16:55

j'aime et je vais regulierement a tunis et hammamet et c'est vrai que derrierre tous ces hotel a touristes et de belles images se cachent derrierre une dictature et de grosses dificultes pour les tunisiens