Le dictateur Ben Ali veut tuer Al-Mawkef principal journal d'opposition

Publié le par PDP – France

La société de diffusion reçoit l'ordre de refuser de le distribuer - Des plaignants "téléguidés" lui réclament 500,000 DT - Une collaboratrice du journal agressée


Le Pouvoir Tunisien veut tuer Al-Mawkef principal journal d'opposition
 

Une nouvelle fois, le pouvoir tunisien, essaye d'asphyxier le Journal "EL Mawkef", organe de presse, du Parti Démocrate Progressiste.

Après la saisie des quatre derniers numéros du journal, le rédacteur en chef, Rachid Khechana ainsi que M. Ahmed Nejib CHEBBI en sa qualité de directeur responsable de la publication, ont reçu des citations à comparaître devant le tribunal de première instance de Tunis. Ils doivent répondre à des accusations introduites par cinq sociétés tunisiennes spécialisées dans le conditionnement et la commercialisation de l'huile végétale. Celles-ci demandent une condamnation à payer solidairement une somme totale de cinq cents mille dinars (env. l'équivalent de 500,000 $ US) en réparation d'un prétendu préjudice moral subi suite à la publication par le journal, le 4 avril courant, d'un article. Comment ces sociétés peuvent elles estimer qu'il y a eu préjudice alors que l'édition incriminée faisait partie des numéros saisis de fait par les autorités?

Aujourd'hui nous constatons qu'une nouvelle phase est atteinte. Les autorités prennent pour cible les responsables du journal, son directeur et son rédacteur en chef. Il s'agit de les faire condamner par une justice aux ordres à des sommes colossales dont le seul objectif est de saisir et faire vendre leurs biens personnels. La raison immédiate manifeste est la publication d'articles portant sur trois sujets sensibles: La révolte populaire dans le bassin minier de Gafsa/Redeyef; la hausse des prix des produits de première nécessité; le énième rafistolage du code électoral en préparation des élections de 2009.

Par ailleurs, des pressions ont été exercées sur la société de diffusion de journal afin qu'elle ne mette en vente dans les kiosques qu'une partie infime des exemplaires tirés. Ceci est évident ne serait-ce que par comparaison des ventes habituelles. Le pouvoir vise ainsi à casser l'équilibre financier précaire du journal et à le contraindre de cesser de paraître.

Cette situation a poussé l'équipe de rédaction d'Al-Mawkef et les militants du PDP à procéder à des diffusions militantes dans la rue et lieux publics. Aujourd'hui, le 17 avril 2008, une militante du PDP, Madame Naïma Hasni, a été violemment prise à partie par des agents de la police politique alors qu'elle essayait de vendre le dernier numéro du journal dans le centre de Tunis.

Le journal Al-Mawkef est en voie d'asphyxie financière et menacé de disparition. Cette persécution est bien entendu –encore une fois— présentée comme un litige de droit commun opposant le journal à sa société distributrice, à l'administration du fisc ou à des entreprises de commercialisation d'huile injustement lésées. Le Pouvoir n'y est pour rien et la justice dira son mot! La face est sauve, ou du moins c'est ce que pense le pouvoir…

Suite à ces évènements, la section française du PDP entreprend des concertations en vue d'initiatives de soutien au journal Al-Mawkef et de défense la liberté de la presse en Tunisie. Elle informera les citoyennes et citoyens tunisiens et les ami-e-s de la Tunisie de toute évolution.

Parti Démocrate Progressiste – Section France
Paris, le 17 avril 2008

Publié dans ESPACE INFO

Commenter cet article