APPEL POUR SLIM BOUKHDHIR PRISONNIER PERSONNEL DU DICTATEUR BEN ALI

Publié le par MME LOUISA TOSCANE

Lors de la visite qu’elle a rendu aujourd’hui à son mari, Slim Boukhdhir, Dalenda Boukhdhir a constaté que le harcèlement de cedernier par l’administration pénitentiaire ne connaissait aucun répit. Le prisonnier lui a dit que l’eau qui avait été coupée dans sa cellule avait été rétablie… provisoirement, pour être coupée à nouveau. Il est donc contraint depuis une semaine d’acheter de l’eau en bouteilles pour boire ou se laver, etc, alors que ses co-détenus sont autorisés à sortir de la cellule quand ils ont besoin d’un robinet. Slim Boukhdhir est atteint d’une toux chronique que le manque d’aération et la fumée des cigarettes des autres ne font qu’accentuer.
Slim Boukhdhir, journaliste indépendant, dont l’interpellation a été programmée par la police et dont le procès a été un déni de justice, est incarcéré à la prison de Sfax depuis plus de quatre mois. Il y subit harcèlement et mauvais traitements orchestrés par l’administration pénitentiaire. Il a été condamné à un an d’emprisonnement par le tribunal de Sakiet Ezzit en première instance pour « outrage à fonctionnaire dans l‘exercice de ses fonctions« , « atteinte aux bonnes moeurs«  et « refus de présenter sa carte d‘identité aux forces de l‘ordre« , des accusations sans rapport avec la réalité des faits, jugement confirmé en appel en janvier 2008. Le 3 avril 2008, la cour de cassation avait rejeté son pourvoi, confirmant la sentence infligée en appel.
Le journaliste Slim Boukhdhir a perdu tous ses recours et pourvois devant la justice tunisienne. Il n’avait pas attendu la dernière décision pour protester haut et fort contre l’injustice qui lui est faite, notamment en menant des grèves de la faim à répétition. Reste que le rejet du pourvoi en cassation ouvre définitivement l’étape de la mobilisation pour sa libération. La prochaine visite de Nicolas Sarkozy en Tunisie, prévue pour la fin du mois, pourrait en être la première échéance.

Luiza Toscane, 10 avril 2008

Écrivez à Slim Boukhdhir
n°27312
Prison civile de Sfax
Tunisie

Pour écrire aux autorités françaises et exiger la libération de Slim Boukhdhir :
Nicolas Sarkozy
Palais de l’Elysée
54 rue du Faubourg Saint Honoré
75008 Paris

Rama Yade,
Secrétaire d’Etat chargée des Affaires Etrangères et des Droits de l’Homme
37 quai d’Orsay
75007 Paris

Publié dans SOS COMMUNIQUE URGENT

Commenter cet article