Tunisie: Ben Ali va assouplir les conditions de candidature à la présidence

Publié le par AFP

TUNIS - Le président Zine El Abidine Ben Ali a annoncé vendredi un amendement provisoire de la Constitution destiné à assouplir les conditions de candidature pour les dirigeants de l'opposition légale en vue de l'élection présidentielle de 2009 en Tunisie. 

"Nous incluerons dans le projet d'amendement, et à titre exceptionnel, pour la prochaine élection présidentielle de 2009, la possibilité de dépôt de candidature à la présidence de la république du premier responsable de chaque parti", a-t-il déclaré dans un discours au Palais de Carthage marquant le 52è anniversaire de l'indépendance.  

Cette réforme, destinée à contourner le préalable constitutionnel du parrainage par un certain nombre d'élus pour les candidats à la présidence, répond au "souci d'élargir la possibilité de candidatures multiples", a ajouté M. Ben Ali.  

Les postulants potentiels doivent cependant satisfaire à d'autres conditions, notamment celle d'être le "numéro un" élu à la tête d'un parti depuis deux ans au moins, a-t-il précisé.
  

Nejib-chebbi.jpgCe projet ouvre la voie aux dirigeants des huit partis d'opposition représentés au parlement, sans pour autant s'appliquer au seul candidat déclaré Ahmed Nejib Chebbi, du Parti démocratique progressiste (PDP).

Cet avocat fondateur du PDP, sans siège au parlement, avait annoncé le 12 février dernier sa candidature à la prochaine présidentielle et exigé une réforme du code électoral qui supprimerait notamment le parrainage d'élus.  

Mais M. Chebbi a cédé la présidence de sa formation en décembre 2006 à Mme Maya Jribi, et son statut actuel de simple membre du bureau politique ne lui permet pas de postuler légalement. "L'amendement a été conçu sur mesure pour écarter notre candidat", a affirmé à l'AFP Rachid Khéchana, dirigeant du PDP.  

M. Chebbi avait aussi postulé en 2004 sans pouvoir valider sa candidature en raison de la contrainte du parrainage d'élus.  

Le parlement est dominé à 80% par le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, au pouvoir) du président Ben Ali, qui devrait annoncer l'été prochain sa candidature pour un nouveau mandat.  

Au pouvoir depuis 1987, le chef de l'Etat tunisien, 72 ans, a instauré le pluralisme et avait été réélu en 2004 avec 94,4% des voix contre 3 candidats.

 

 

AFP, le 21 mars 2008 à 18h07

Publié dans ESPACE INFO

Commenter cet article