L’humoriste HEDI Ould Baballah condamné à un an de prison ferme par le dictateur Zine el Abidine Ben Ali

Publié le par TUNISIE STOP TORTURE

3307e0761b5436b1774beb289b90a02e.jpgLe célèbre humoriste Hédi Ben Amor alias « Ould Baballah » vient d’etre condamné à un an de prison ferme avec mille dinars d’amende par le tribunal de première instance de Ben Arous suite au procès qui s’est déroulé lundi 03 février 2007.
« Ould Baballah » été l’un des rares humoristes tunisiens qui ont osés faire des sketchs dans lesquels il simulait à la perfection la voix du président Zine al Abidine Ben Ali. Ses sketchs sont très prisés et largement diffusés dans le pays on les échangeait sur les portables dés leur sortie. « Ould Baballah » banni depuis longtemps des ondes et des chaîne de la télévision continua à défier la chronique par l’audace des ses production.
Dans sa dernière il présentait un président tellement pris par le travail qu’il ne trouve pas le temps pour son dernier enfant. Il vient à décider de laisser tout tomber et de consacrer la journée à son bambin. Le premier ministre arrive alors que le président est en sa chambre à coucher en train de chanter à son fils, il l’invite à le joindre ainsi de suite pour le reste des membres du gouvernement pour former ainsi un choral scandant « kotkot kotkot… » Au rythme de la célèbre chanson pour enfants du même nom au petit Mohamed Zine al abidine.
Ce qui vient d’arriver à « Ould Baballah » n’a pas surpris tous ceux qui ont écoutés sa dernière pièce. Il ne semble pas que ce dernier soit inconscient du prix qu’il risque de payer pour son audace après la correction qu’il a subit suite à la précédente pièce quand il a été agressé physiquement et maintenu en arrêt pour quelques journées.
Cette fois c’est un coup monté dont il vient de subir les frais. Alors qu’il circulait dernièrement abord d’une voiture qu’il vient de louer, il est arrêté par une brigade spécialisé dont les agent décident de procéder à une fouille de la voiture pour faire sortir aussitôt un minuscule sachet de sa boite à gant qui s’avéra contenir une matière stupéfiante prohibé.
« Interrogé, l’accusé a nié les faits déclarant qu’il s’agit d’un coup monté.Seulement le fait qu’il soit en possession d’une matière stupéfiante a convaincu le juge d’instruction de l’inculper et le traduire ensuite devant la justice.  Justement,  en comparaissant lundi denier devant le tribunal de première instance de Ben Arous, il a écopé d’un an de prison ferme et d’une amende de mille dinars. » Rapportait le journal « Le Quotidien » aujourd’hui.
Pour écouter L’humoristes Hedi Ould Baballah :

Publié dans ESPACE INFO

Commenter cet article