14 islamistes présumés interpellés en Belgique, dont la veuve de l'assasin de Massoud

Publié le par A F P

Arrestation de la veuve, marocaine, de l'assassin, tunisien, de feu le Cdt Massoud. Les services du général avaient réussi une intrusion en publiant une dépêche annonçant la parution de son fumeux livre sur la défunte liste de diffusion du CPR, c'était le 1er message posté! 
Quant à Massoud, la Tunisie toute entière portera son deuil et la honte de cet acte barbare contre l'un des symboles modernes de la résistance musulmane à l'oppression qu'était le Commandant. Viendra un jour où la Tunisie présentera ses excuses officielles au peuple afghan, pour ce crime abominable. ( Commentaire du militant Adelwaheb EL HANI )

AFP
  
BRUXELLES (AFP)  
undefinedLa veuve de l'assassin du commandant Massoud (l'ancien chef de l'opposition armée aux talibans) fait partie des 14 islamistes présumés interpellés vendredi matin en Belgique, a indiqué la porte-parole du parquet fédéral belge Lieve Pellens.
 
La police belge a décidé vendredi de renforcer les mesures de sécurité et de surveillance à Bruxelles pour la période des fêtes en raison d'un risque de "possible attentat", identifié après ces interpellations.
 
"L'une des personnes interpellées est Malika El Aroud, qui a déjà fait l'objet de poursuites en Belgique", a indiqué la porte-parole à l'AFP.
 
Malika el Aroud, une Belge d'origine marocaine, est la veuve du Tunisien Dahmane Abd el-Sattar, l'un des deux assassins du commandant Ahmad Shah Massoud, tué le 9 septembre 2001.
 
A l'époque, son ex-mari avait été ex-filtré de Belgique en tant que faux journaliste porteur d'un passeport belge. Elle l'avait suivi en Afghanistan, où elle a bénéficié de la protection du chef du réseau terroriste Al-Qaïda, Oussama ben Laden, a-t-elle raconté. De retour en Belgique, elle s'était confiée à une journaliste pour la sortie en 2002 d'un livre intitulé "Son mari à tué Massoud".
 
Les quinze perquisitions effectuées vendredi par les autorités belges n'ont pas débouché sur la découverte d'armes, a encore précisé la porte-parole du parquet fédéral.
 
"Le fait que les perquisitions soient négatives ne change rien à l'importance que le parquet accorde à ce dossier", a-t-elle toutefois commenté. "Nous prenons quand même les indices que nous avons au sérieux", a ajouté Lieve Pellens.
 
Les personnes interpellées sont soupçonnées d'avoir voulu faire évader un terroriste tunisien, Nizar Trabelsi, "à l'aide d'armes et d'explosifs", avait précisé plus tôt dans la journée le parquet fédéral belge.
 
La télévision belge RTL croit savoir que la Belgique "aurait été informé de ce projet d'évasion par les autorités américaines".
 
Nizar Trabelsi, 37 ans aujourd'hui, avait été arrêté deux jours après les attentats du 11-Septembre et condamné définitivement en juin 2004 à dix ans d'emprisonnement en Belgique pour avoir projeté, avec plusieurs autres sympathisants islamistes, un attentat contre une base militaire belge où sont stationnés des soldats américains.
 
Cet ancien footballeur professionnel s'était rallié à Oussama ben Laden, qu'il avait rencontré en Afghanistan.
 
Malika el Aroud, interpellée vendredi, avait été acquittée en 2003 par le tribunal correctionnel de Bruxelles dans un procès sur une filière d'envoi de candidats à la guerre sainte en Afghanistan.
Plus récemment, cette militante de l'islam radical avait été arrêtée en mars 2005 en Suisse avec son nouvel époux tunisien, Moez Garsallaoui. Elle y a été condamnée en juin dernier à six mois de prison avec sursis pour soutien à une organisation terroriste et complicité de représentation de la violence, via des sites internet.
 
Son nouveau mari a pour sa part été condamné à deux ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour avoir créé et exploité différents sites internet utilisés par des organisations terroristes, dont Al-Qaïda, qui diffusaient notamment des recettes de fabrication d'explosifs.
 
Grâce à sa notoriété dans le monde islamique, Malika el Aroud a offert une légitimation accrue aux démarches criminelles de son nouveau mari, avait souligné en juin le procureur suisse de l'affaire.

Publié dans SANS FRONTIERES

Commenter cet article