Agression sauvage de M. Ali Ben Salem

Publié le par C.R.L.D.H.Tunisie

Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie
Membre du Réseau Euro méditerranéen des Droits de l’Homme
21 ter rue Voltaire – FR-75011 PARIS  - Tel/Fax : 00.33. (0)1.43.72.97.34

M. Ali Ben Salem, 76 ans, président de la section de Bizerte de la Ligue Tunisienne de défense des Droits de l’Homme (LTDH) et vice-président de l’Association de lutte contre la torture en Tunisie (ALTT) a été victime ce matin du 20 décembre 2007 d’une lâche agression policière devant son domicile situé à Bizerte alors qu’il recevait la visite d’un groupe de militants des droits humains venus lui souhaiter Bon Aïd.

 

Selon M. Lotfi Hajji,  président du syndicat légitime des journalistes tunisiens et membre actif du Collectif du 18 octobre, faisant partie des visiteurs, le domicile de M. Ali Ben Salem, situé au-dessus du siège de la section bizertine de la LTDH,  fait l’objet d’une forte et constante présence policière depuis l’annulation du congrès de la LTDH en septembre 2005. Il a été régulièrement interdit de visites.

 

L’agression de M. Ben Salem survient quand les nombreux policiers qui encerclent l’appartement ont empêché l’accès à ses amis. Il a alors tenté d’exprimer son refus quant à ces décisions arbitraires prises à son encontre et qui le privent de toute vie sociale ainsi que sa famille…. Pris à parti, il est violemment bousculé et piétiné. Sachant qu’en plus de son âge, M. Ben Salem a subi il y’a quelques temps une opération au cœur. Ses amis ont dû l’emmener à l’hôpital car il souffre des douleurs au niveau du cœur.  

Rappelons que le 07 novembre 2007 le Comité contre la torture (CAT) des Nations unies a considérée comme recevable la requête N° 268/2005 présentée par l'OMCT en mai 2005 au nom de M. Ali Ben Salem, pour « torture et mauvais traitements » dans le poste de police d'El Manar en avril 2000, après épuisement des voies de recours internes. Cette décision stipule ouvertement que : «- Le CAT, agissant en vertu du paragraphe 7 de l'article 22 de la Convention, est d'avis que les faits dont il a été saisi font apparaître une violation des articles 1, 12,13 et 14 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

-Conformément au paragraphe 5 de l'article 112 de son règlement intérieur, le Comité invite instamment l'Etat partie à conclure l'enquête sur les événements en question, dans le but de poursuivre en justice les personnes responsables du traitement du requérant et à l'informer, dans un délai de 90 jours, à compter de la date de transmission de la présente décision, des mesures qu'il aura prises conformément aux constations ci-dessus, y inclus l'indemnisation du requérant. »

Cette lâche agression contre M. Ben Salem n’est pas la première et n’est pas non plus étrangère à cette décision  onusienne qui constitue une grande victoire non seulement pour M. Ali Ben Salem qui a fait preuve de grand courage et de grande détermination, mais pour toutes les victimes de l’arbitraire qui attendent justice et réparation des crimes dont ils ont fait l’objet.

Le CRLDHT s’indigne quant à cette nouvelle agression perpétuée à l’encontre d’un honnête citoyen qui a tant donné à la Tunisie

 

Il exprime à la victime tout son soutien et toute sa solidarité et appelle à la poursuite de ces criminels qui agissent en toute impunité, encouragés par la complicité des appareils judiciaires et policiers

 

Il  Exige l’arrêt de cet acharnement sans fin à l’encontre de M. Ali Ben Salem ainsi que tous les défenseurs des droits de l’Homme qui font l’objet d’un harcèlement permanent dans leur vie quotidienne, visant leur intégrité et leur sécurité.

 

Paris, le : 20/12/2007

Publié dans SOS COMMUNIQUE URGENT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article