Tunisie: un journaliste condamné à un an de prison

Publié le par Associated Press

TUNIS (AP)
Le journaliste et opposant tunisien, Slim Boukhdhir, a été condamné mardi à un an de prison ferme après un accrochage avec des agents de l'ordre qui procédaient à un contrôle

d'identité, a-t-on appris auprès de l'un de ses avocats, Me Abdelwahab Maâtar.

 

Le journaliste qui a comparu en état d'arrestation devant le  tribunal cantonal de Sakiet-Ezzit, du gouvernorat de Sfax, dans le sud tunisien, a écopé de huit mois d'emprisonnement pour "offense à

fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions" et de quatre mois pour "atteinte aux bonnes mœurs", en plus d'une amende de cinq dinars (près de 3 euros) pour avoir refusé de présenter sa carte d'identité.

 

Selon une source judiciaire, le journaliste avait refusé de se soumettre à "un contrôle ordinaire" effectué le 26 novembre dernier sur tous les passagers d'une voiture de transport inter-urbain "en

agressant verbalement" les deux agents de l'ordre.

 

L'accusé qui encourait jusqu'à un an et demi de prison selon les chefs d'inculpation retenus contre lui, a nié devant le tribunal les faits qui lui étaient reprochés. Ses avocats ont, quant à eux, réclamé le non-lieu en faveur de leur client en se basant sur "la nullité des procès-verbaux", a déclaré Me Maâtar à l'Associated Press.

 

L'avocat a néanmoins qualifié le verdict de "sévère", notant que d'habitude dans de telles affaires la sanction ne dépassait pas les deux mois de prison.

 

Ancien collaborateur du quotidien "Achourouk" de Tunis, Slim Boukhdhir, 39 ans, est le correspondant notamment du journal "Al Qods Al Arabi" paraissant à Londres.

 

Il avait observé récemment une grève de la faim de deux semaines pour protester contre "le refus des autorités de lui délivrer un passeport", une thèse réfutée par celles-ci qui avancent qu'aucune demande n'avait été présentée dans ce sens par le journaliste.

 

Associated Press

Publié dans ESPACE INFO

Commenter cet article