GREVE DE LA FAIM CONTINUE

Publié le par Associated Press

Tunisie: deux figures de l'opposition poursuivent leur grève de la faim
TUNIS Associated Press, le 2 octobre 2007 à 18h19 
En grève de la faim depuis 13 jours, deux dirigeantsd'un parti d'opposition tunisien se sont dits déterminés mardi à  poursuivre leur action de protestation, en dépit d'une décision de justice prise la veille qui prévoit leur expulsion des locaux que leur formation occupe depuis 13 ans.
 
"Nous poursuivrons notre grève de la faim illimitée jusqu'à ce que l'injustice soit levée par la partie qui nous l'a imposée et qui n'est autre que le gouvernement", a déclaré la secrétaire générale
du Parti démocratique progressiste (PDP), Maya Jribi, lors d'une conférence de presse.
 
Elle s'exprimait en présence de plusieurs responsables de partis et d'associations, dont le Dr Mustapha Ben Jaâfar, chef du Forum démocratique pour les libertés et le travail (FDLT), ainsi que des diplomates occidentaux représentant la France, les Pays-Bas, l'Allemagne et la Commission européenne.
 
Le PDP, qui entend défendre "le dernier carré des libertés", accuse le pouvoir d'avoir fait pression sur le propriétaire du bâtiment pour demander l'annulation du contrat de location dans le but "d'étouffer toute voix libre et d'entraver toute forme d'action indépendante".
 
Les autorités nient quant à elles être partie prenante dans cette affaire, accusant le PDP "d'exploiter à des fins politiques un litige civil immobilier du ressort de la justice".
 
"Nous ne serons partie d'aucun acte de cette mascarade judiciaire", a martelé Maya Jribi, visiblement affaiblie par près de deux semaines de grève, précisant que son parti ne fera pas appel de la décision du tribunal.
 
"Nous ne sommes pas candidats au suicide, mais c'est pour nous une bataille d'existence", a lancé pour sa part le directeur de l'organe du parti "Al Mawqif", Me Néjib Chebbi.
 
Les deux grévistes ont également reçu la visite de l'ambassadeur des Etats-Unis, Robert Godec, et de diplomates britanniques. Me Chebbi considère que de telles visites "ne constituent pas une ingérence dans les affaires intérieures, mais marquent plutôt l'intérêt que ces pays portent à la question des réformes et de la démocratie en Tunisie".
 
Un communiqué lu par le Dr Fethi Touzri, qui assure le suivi médical des deux grévistes, relève que l'état des deux opposants "continue de se détériorer à un rythme rapide et inquiétant".
 
Le praticien qualifie de "particulièrement préoccupant" l'état de Me Chebbi. Agé de 63 ans, cet avocat opéré du cœur a perdu sept kilos et souffre d'une baisse de pression artérielle.
 
Pour la frêle Maya Jribi, qui ne pèse que 45kg, le médecin craint les "risques cardiovasculaires et d'atteinte musculaire rapide" et n'écarte pas de préconiser un arrêt de la grève de la faim en cas de "désordres biologiques graves". 
 

Publié dans ESPACE INFO

Commenter cet article